Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'article de "La Montagne" sur notre expo de novembre 2012

Enfin trouvé l'article que la montagne avait consacré à n otre expo de patchwork de novembre dernier :

La section patchwork du centre social Joseph-Gaidier présente une très belle exposition

Jusqu’à dimanche soir, le public peut découvrir une grande diversité de travaux et de techniques. - geraldine messina

Jusqu’à dimanche soir, le public peut découvrir une grande diversité de travaux et de techniques. - geraldine messina

L’exposition « Quand le fil se fait art » présente jusqu’à dimanche à la Maison des associations des quilts traditionnels et contemporains.

Les loisirs créatifs ont le vent en poupe depuis quelques années, et la section Patchwork du centre social Joseph-Gaidier en témoigne avec l'exposition « Quand le fil se fait art » présentée jusqu'au 11 novembre, salle Attiret de Mannevil, à la Maison des associations de Riom.

Une très grande diversité
de styles et techniques

D'année en année, la section animée par Anne-Marie Preynat voit ses cours se remplir ( les cinq groupes de travail sont complets pour cette année, NDLR) avec une soixantaine d'adhérentes fidèles et industrieuses. Car l'art du patchwork demande persévérance et minutie, certains travaux exigeant des mois voire des années de travail tel le « Dear Jane » présenté par Nicole Chasseray, qui a consacré 6 ans de travail et des milliers de bouts de tissu à son 'uvre.

« Le patchwork est un art de la récupération connu en Europe depuis le XVII e siècle au moins et qui est revenu "à la mode" dans les années 1900 via les USA », explique Michèle La Salmonie, patcheuse depuis bientôt vingt ans.

Le style country est parmi les plus connus, mais il y en a bien d'autres. « Quand le fil se fait art » met en valeur cette diversité : patch reprisé, mola, sampler, bargello, celtique, log cabin, baltimore, tout de travers, cathédral window, etc. sont présentés ainsi que des « effets d'optiques » qui renouvellent beaucoup le genre.

« Tous les trois mois, nous abordons une technique et régulièrement, l'animatrice nous lance des challenges (format, taille, thème…) que nous relevons ou pas », poursuit Michèle La Salmonie. Le public pourra ainsi découvrir le challenge « livre » sur le thème des quatre éléments (air, terre, eau et feu) qui a permis aux patcheuses d'exprimer toute leur créativité et leur savoir-faire.

De même, la fresque sur le thème de « chemin fais'art » a réuni débutantes et confirmées.

« En général, on sait dès la première séance si on est faite pour ça et si on va continuer, mais savoir tenir une aiguille n'est pas indispensable. La convivialité et l'entraide c'est aussi ce qui nous réunit. On vous apprendra le point avant, qui est la base du patchwork, et aussi à utiliser une machine à coudre indispensable pour certaines réalisations. » poursuit Michèle.

Rien ne semble devoir arrêter
la patcheuse dans son appétit de maîtrise du sujet

Les plus douées enrichissent même leurs travaux de broderie traditionnelle et à rubans de dentelle, etc., car une fois le pli pris, rien ne semble devoir arrêter la patcheuse dans son appétit de maîtrise du sujet. Seul petit bémol, ce loisir créatif devient de plus en plus onéreux au regard du prix des tissus, mais là comme ailleurs, quand on aime, on ne compte pas.

Géraldine Messina

giselle43 27/12/2012 12:08


super cet article qui vous fait un bon coup de pub, mais cela est bien mérité, bravo, bises

uguetta 31/12/2012 18:18



merci