Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Vide greniers dimanche 13 septembre

Dimanche 13 septembre 2009 c'est vide greniers dans mon village.
Inutile de vous dire que j'ai commencé un sacré tri dans mes affaires et que je vais déballer dur ce dimanche;
J'ai notamment ressorti plein de petites choses faites en broderie ou en patch que je vais m'efforcer de terminer afin de les mettre en vente pour faire quelques petits sous pour les travaux de la cuisine !!!! Je perds pas le nord.... et puis ça fera de la place pour tout le bazar que je vais chiner dans les autres vide greniers !!!!

Voir les commentaires

Sur la piste des cistes, suite 2

Je continue mon retour en arrière sur toutes ces chasses aux trésors que j'ai faites depuis 4 ans.
Le 11 octobre 2005 je découvrais un nouveau parc grâce à cette ciste landaise !!!

Voici quelques détails sur ce parc qui mérite le détour :

Le creux de l’Enfer, c’est le paradis

Son passé volcanique serait-il à l’origine du nom ? Nul ne peut aujourd’hui l’affirmer . Refuge de verdure situé au sud de l’agglomération dans le quartier des Landais, le Creux de l’Enfer attire nombre de promeneurs et de jeunes "aventuriers", séduits par son cadre naturel, ses belles perspectives sur la ville et ses possibilités ludiques.

 
Illustration
Un terrain marqué par la tempête volcanique.
Illustration

Illustration
La sculpture monumentale de Satoru Sato dominant la ville.

Le terrain est mouvementé : pouzzolane, bombes volcaniques et chaos basaltiques émergent de la végétation, éléments typiques d’une cheire de la chaîne des puys. L’origine ? Le puy de Gravenoire, situé au-dessus de Royat. Son éruption, il y a 60 000 ans, laissa s’échapper une avalanche de débris volcaniques qui s’écoulèrent sur cinq kilomètres à l’est, englobant le plateau des Cézeaux jusqu’aux limites de l’Oradou.

Le Creux de l’Enfer concentre les vestiges de ce cataclysme, d’autant plus topographiquement accidenté que les hommes y ont largement creusé des carrières durant tout le siècle dernier pour en exploiter la pouzzolane. Au XXe siècle, le terrain, devenu friche, s’est peuplé peu à peu de diverses façons : une décharge d’automobiles a envahi les lieux, un marginal s’est installé à demeure dansune grotte, un bateau laissé à l’abandon s’est incrusté… Tout cela jusqu’en 1990, lorsque la Ville a acquis une partie des terrains. En 1994, commençaient les travaux. Les paysagistes et jardiniers ont eu à cœur de ne pas masquer ce passé volcanique. Ils ont aménagé un parc de 3,5 hectares vallonné, favorable à la balade et à l’aventure , en laissant apparaître les blocs minéraux parmi les noisetiers, les conifères et les rosiers rustiques. Des jeux pour enfants et des bancs agrémentent ce havre de paix. En 1996, dans le cadre du Symposium de sculptures monumentales, organisé par la Ville, le sculpteur japonais Satoru Sato a élevé sur la partie du parc qui domine Clermont-Ferrand, deux colonnes de granit blanc de sept mètres de haut, alignées sur les flèches de la cathédrale et accompagnées d’un chemin de blocs plats en granit et pierre de Volvic, propice au jeu et à l’imaginaire. Afin d’ancrer plus encore l’œuvre d’art dans le site, les enfants des écoles Victor-Hugo et Albert Bayet, voisins du Creux de l’Enfer, se sont impliqués dans l’opération, en confectionnant des objets et des messages qu’ils ont enfoui sous les pierres, à destination des générations futures. Autre aménagement décidé en 2000 pour séduire les jeunes citadins en mal de nature et d’aventure : un parcours d’orientation mis au point par la Ville , avec l’aide de la Direction régionale de la jeunesse et des sports. Les amateurs disposent d’une carte topographique et sont invités à parcourir le terrain dans lequel sont disséminées vingt-cinq balises. Le Creux de l’Enfer s’est aujourd’hui mué en paradis !
C'est ça aussi les cistes.

Voir les commentaires

Sur la piste des cistes

Ma 1ère ciste trouvée est celle ci :  la ciste du rouge et du noir

Une ciste de mimimarronne, difficile à trouver sur place….. le talus était trop haut pour moi, et malgré mes essais par en haut ou par en bas je ne parvenais pas à grattouiller le pied de l’arbre indiqué…. Plusieurs voyages ont été nécessaire pour l’attraper…. C’est finalement ma fille et son copain qui ont réussi à la choper….

Ce jour là nous étions tous là, pimette, marco et moi, plus le copain bien sûr….

 




Je ne me suis pas découragée pour autant car j’avais déjà attrapé le  virus !!!!

C’était le 1er octobre 2005.

 

Ce même jour, nous en avons profité pour aller cueillir celle du disparu, j’avais déjà fait 2 passages pour repérer le coin, la 1ère fois, un cantonnier travaillait sur place, la 2ème fois j’avais pas réussi à localiser la cachette. Cette fois encore c’est ma fille et son copain qui l’ont enfin ouverte.

 

Le 9 octobre 2005 je repartai à la chasse aux cistes avec cette fois celle ci, la ciste du banc des poètes, pour laquelle j’ai dû laisser marc sur le bord du chemin pour finir de grimper jusqu’au banc et à la table d’orientation…. Facile de la trouver sur place celle-ci, mais plein de monde qui passait, alors pas évident de la prendre, de l’ouvrir, de faire mon échange et de reposer la boîte à sa place…. Petite rando en montagne très agréable….

 


Et voilà pour le début de mes récits "sur la piste des cistes"

Voir les commentaires

Des nouvelles

Ca fait un bail que je suis pas venue sur mon blog....
Quel été !!!
Les travaux de la cuisine n'ont pas avancé d'un pouce...
Par contre, pour oublier ces petits malheurs, j'ai pratiqué ma deuxième passion à fond, à savoir, la chasse aux cistes....
Mon score actuel est de 225 boîtes trouvées et donc 225 énigmes résolues et vérifiées.
Pourtant j'en ai des tonnes encore à aller chercher....
Nous avons profité que nous ne partions pas cette année en vacances, pour visiter de long en large le Puy de Dôme et jouer aux touristes....
Nous avons ainsi visité le grand sud du département et vu de magnifiques paysages...
A bientôt pour une rétrospective depuis le début de mes recherches de "trésors".

Voir les commentaires